« Une juge s’est endormie… », article de Yan Gauchard, 11 août

unnamed2

Elina, sœur de Yoann Barbereau, Nantais au centre d’un procès surréaliste en Russie, a témoigné hier. Sans illusion.

Avant leur envol samedi pour la Russie, ils ne se berçaient d’aucune illusion tant l’instruction et le procès qui visent Yoann Barbereau, Nantais de 38 ans, directeur de l’Alliance française à Irkoutsk (Sibérie), relèvent à leurs yeux de« la machination »et de« la mascarade ».

Après leur audition hier par le tribunal, Elina, sœur de Yoann, et Bernard, son père, croient encore moins en l’indépendance de la justice russe (lire notre édition de lundi). Sauf miracle, Yoann Barbereau, accusé d’attouchements sur sa fille et d’avoir diffusé des images pornographiques sur Internet – faits qu’ils nient sans relâche – risque d’être condamné d’ici la fin du mois.« Durant mon audition, une juge s’est endormie, rapporte Elina, consternée.Les juges et le procureur ont fait preuve au mieux d’indifférence, au pire de mépris. Avec mon père, nous avons eu l’impression que tout cela était inutile, que tout était joué. »

« L’impression que tout cela était inutile, que tout était joué »

Le procès se tient à huis clos. Elina et Bernard ont été« interrogés séparément. Nous avons eu globalement les mêmes questions : sur l’enfance, les études et le parcours professionnel de Yoann, sur nos relations avec lui, sa femme, mais aussi sur sa pratique de la nudité et, plus généralement, sur la pratique de la nudité en France… »

Les proches de Yoann Barbereau ont de nouveau évoqué les « pressions et menaces des enquêteurs ayant abouti à des faux témoignages et à des éléments à charge contre Yoann ». Et dénoncé ce qu’ils nomment un« coup monté et ses conséquences désastreuses sur toute une famille ». Cette folle histoire, fustige Elina,« anéantit la vie d’un homme, brise une famille et détruit l’enfance d’une petite fille qui n’aspire qu’à retrouver son papa ».

Maigre satisfaction : trois vidéos dans lesquelles la fille de Yoann Barbereau innocente totalement son père ont été projetées dans l’enceinte du tribunal. Et les juges ont accepté d’intégrer dans le dossier« le rapport sur les traces de violences physiques constatées sur Yoann quand il est arrivé à la maison d’arrêt » (Ndlr :ce dernier a toujours indiqué avoir été arrêté à son domicile par une dizaine d’hommes, parmi lesquels certains étaient masqués et l’ont frappé avant de l’interroger).

Réunion à l’ambassade

La prochaine audience est désormais programmée le 17 août. Le consul général recevra Elina et Bernard Barbereau à l’ambassade de Moscou dimanche 14 août, avant leur retour à Nantes.

Yan Gauchard

Article issu de l’édition de Nantes du jeudi 11 août 2016

logo

Laisser un commentaire